Sugar Sammy : L'élégance du rire

Bien connu pour son humour décapant sur la société et son rôle de célibataire à saveur machiste dans la série télévisée Ces gars-là!, Sugar Sammy s’impose par un humour unique qui allie audace et dérision. Ses origines indiennes lui permettent d’avoir un regard unique sur la province, une vision qui lui a inspiré son spectacle bilingue You’re gonna rire. Après avoir fait le tour de la planète, c’est le Québec qu’il séduit par sa verve, mais aussi par son charme et son élégance. Depuis qu’il a entamé sa tournée du Québec avec la version en français de son spectacle, Sugar Sammy connaît un franc succès. Ses deux one-man-show combinés ont généré la vente de 230 000 billets, incluant 100 spectacles à guichets fermés, présentés à l’Olympia de Montréal.

Chaque année depuis 2013, vous êtes en nomination pour l’Olivier de l’année, un prix qui est très important. Vous en avez d’ailleurs remporté deux. Qu’est-ce que ça représente pour vous? Ça fait chaud au cœur de savoir que les Montréalais et les Québécois se reconnaissent dans mon humour. Je ne croyais pas un jour me retrouver dans cette position, car il y a à peine quatre ans, mes spectacles se faisaient en anglais à l’étranger et je n’étais pas certain si mon humour était pertinent au Québec. C’est une preuve qu’ils apprécient mon point de vue et ma vision de la société québécoise. Les producteurs ne croyaient pas en la création d’un spectacle bilingue, mais moi je sentais que les gens pouvaient comprendre et apprécier ce genre de spectacle.

Comment faites-vous le choix de votre habillement pour un gala? Votre apparence est toujours très soignée et vous avez assurément un style propre à vous. Cela dépend du gala. Pour le Gala Artis, qui est un événement majeur, j’étais dans l’esprit classique de type Hollywood. J’ai porté un smoking de la maison Zegna avec une coupe près du corps, un très gros nœud papillon et une chemise Eton dont les boutons étaient dissimulés par le revers de la chemise, ce que je trouve très chic. Pour le Gala les Olivier, j’ai porté un complet trois-pièces, car nous ne voyons pas beaucoup de gens en porter et je trouve qu’il est amusant de le rendre moins formel en le portant sans cravate, simplement avec un mouchoir de poche en soie. Je trouve que c’est important de porter attention aux détails, car les gens qui organisent ces événements font un effort pour mettre sur pied un grand gala avec un tapis rouge et un superbe décor, alors je crois que nous devons faire un effort également. Nous n’avons pas tous les jours l’occasion de le faire et nous devrions en profiter.

Comment avez-vous développé ce sens de la mode? C’est une chose que j’ai apprise peu à peu. Quand j’étais à l’université, j’étais abonné à plusieurs magazines de mode, comme GQ, Esquire, et Détails, car pour les étudiants il y avait des réductions incroyables sur les abonnements. Peu à peu, j’ai absorbé l’information et c’est devenu comme une seconde nature pour moi. Je sais maintenant que je connais assez les éléments de base pour jouer avec eux et que je peux pousser un peu plus loin, essayer différentes choses. Je pense qu’il faut s’amuser et prendre quelques risques.

Vous avez toutes les caractéristiques d’un séducteur. L’êtes-vous? En fait, dans la vie, je suis toujours assez réservé et timide. C’est sur la scène ou devant une caméra que ça explose. Je trouve d’ailleurs que les artistes les plus intéressants sont ceux qui se donnent totalement sur scène et qui conservent un certain anonymat dans la vie. Je suis plutôt un observateur et je suis un homme fidèle. Maintenant que j’ai une femme dans ma vie, je suis heureux de ne plus avoir à chercher l’âme sœur, car le monde des bars peut être assez fou.