Culture

  • Brut impérial, 150 ans de fêtes !

    Brut impérial, 150 ans de fêtes !

    Quand on pénètre dans les caves
    de Moët & Chandon à
    Épernay, situées de 10 à
    30 mètres sous terre, un frisson nous
    parcourt. Non seulement en raison de la
    fraicheur des caves, mais aussi à
    cause de l’histoire de cette grande
    maison, qui a traversé les
    siècles depuis sa création en
    1743. Lorsque l’on arpente les vastes
    caves de calcaire qui s’étendent
    sur plus de 28 kilomètres, on se met
    à rêver qu’au
    détour de l’un de ces
    labyrinthes apparaisse l’ombre de
    Napoléon Bonaparte sabrant le
    champagne avec son ami Jean-Rémy
    Moët après lui avoir
    décerné la Légion
    d’honneur. L’Empereur
    appréciait le champagne, mais
    particulièrement l’audace et le
    sens des affaires du petit-fils du fondateur
    Claude Moët. Napoléon visitera
    fréquemment le domaine au retour de
    ses campagnes et c’est pour lui rendre
    hommage que la cuvée Moët &
    Chandon Brut Impérial fut
    créée en 1869. Comment
    expliquer un tel succès depuis 150
    ans ? C’est grâce à
    un équilibre parfait entre trois
    cépages : Pinot Noir, Pinot
    Meunier et Chardonnay de la région, et
    l’assemblage de 200 crus. Un
    énorme défi que relève
    chaque année avec brio le chef de cave
    Benoît Gouez. Encore aujourd’hui,
    personne ne peut résister à ce
    brut éclatant dont
    l’élégance se
    perpétue grâce au savoir-faire
    de ses artisans.Longue vie à Moët
    & Chandon et vive
    l’Empereur !

    Lire la suite
  • Inspirée par la nature, Pascale Girardin

    Inspirée par la nature, Pascale Girardin

    Dans le monde du design et de l’art, la
    céramique a longtemps
    été considérée
    comme un art mineur. Depuis ses
    débuts, l’artiste murale Pascale
    Girardin contribue à faire changer les
    mentalités. Si l’on en juge par
    ses projets d’hôtel à
    Shanghai, de restaurant à Las Vegas ou
    encore de mythique magasin à New York,
    elle peut enfin crier victoire ! Le
    langage que j’utilisais il y a 20 ans
    est beaucoup plus accepté maintenant.
    J’ai déclaré que 2019
    était l’année de la main.
    Il y a un engouement pour le savoir-faire
    manuel, particulièrement chez les
    jeunes. Ils découvrent qu’ils
    peuvent faire autre chose avec leurs doigts
    que de les faire glisser sur une surface
    vitreuse et d’envoyer des textos. Ce
    sont les rencontres avec les architectes
    d’intérieur qui t’ont
    permis d’évoluer et même
    de te dépasser ? Oui
    absolument ! Jean-Pierre Viau a
    été le premier au Québec
    à me faire confiance, puis la grande
    firme de Toronto Yabu Pushelberg, pour de
    petits projets et par la suite, de plus
    grands. Comme le China Grill à Chicago
    et le restaurant Finn dans le casino The
    Mirage à Las Vegas, qui fut
    véritablement mon coup d’envoi.
    200 pieds carrés de tuiles
    superposées, donc 600 pieds
    carrés au total en les étalant.
    Une expérience assez rocambolesque.
    Heureusement, j’ai aujourd’hui
    une chargée de projets. Quel projet a
    représenté le plus grand
    défi ? Je dirais que
    c’est l’hôtel Four Seasons
    de Montréal, particulièrement
    au niveau de l’ingénierie. Le
    défi était d’habiter un
    espace à l’intérieur de
    l’immeuble, qui est un atrium à
    ciel ouvert répandantde la
    lumière sur les passages menant aux
    chambres, réparties sur 16
    étages. J’ai donc imaginé
    une tombée de pétales de fleurs
    pour souligner les saisons de
    Montréal.

    Lire la suite
  • Un nouveau regard Ivan Cavallari

    Un nouveau regard Ivan Cavallari

    La nouvelle saison des Grands Ballets
    Canadiens promet d’être
    mémorable à plusieurs
    égards. Tout d’abord la
    célèbre troupe s’installe
    enfin au centre-ville dans le nouvel
    Édifice Wilder Espace Danse et surtout
    par l’arrivée d’un nouveau
    directeur artistique Ivan Cavallari.
    Originaire d’Italie, cet ancien danseur
    étoile du ballet de Stuttgart
    formé à l’école du
    ballet de la Scala de Milan et au
    Bolchoï Ballet de Moscou arrive à
    Montréal avec la volonté de
    partager sa passion pour la danse. Quand on
    regarde votre parcours, vous avez
    étudié à Moscou,
    travaillé à Stuttgart,
    également à Perth pour le West
    Australian et juste avant Montréal
    à Mulhouse pour le Ballet National du
    Rhin. Vous semblez n’avoir jamais eu
    peur d’aller travailler ailleurs comme
    danseur ou comme directeur ? Le courage je
    l’ai toujours eu ! Je n’ai jamais
    manqué de courage, c’est la
    chance que j’ai eue. Pour moi,
    c’est important de comprendre les
    situations pour mieux les combattre par la
    suite. Ce qui m’inquiète
    c’est de basculer vers l’inconnu.
    Je n’ai jamais eu de regret de quitter
    une ville ou un travail, car il y a comme un
    instinct, une sonnette qui vous dit
    qu’il est temps de tourner la page.
    J’ai toujours eu la chance
    d’avoir une vraie prise de conscience.
    Par exemple en 2000, celle de vouloir
    explorer autre chose que la carrière
    de danseur. Je suis allé voir mon
    directeur et je lui ai dit que je cesserais
    la danse à la fin de
    l’année. C’était
    une décision claire. Qu’est-ce
    qui vous a donné envie de quitter

    Lire la suite
  • Hamilton entame un voyage épique avec « Seul sur Mars »

    Hamilton entame un voyage épique avec « Seul sur Mars »

    Le nouveau film du réalisateur Ridley
    Scott met en scène quatre montres
    robustes signées Hamilton. Bienne,
    septembre 2015 – Les montres Hamilton,
    réputées pour leur rôle
    dominant dans l'aviation et le cinéma
    ainsi que pour leur expertise en
    matière d'innovation et de
    précision, font leur retour sur le
    grand écran cet automne dans une
    aventure épique de la 20th Century
    Fox, Seul sur Mars.
    THEMARTIAN.HAMILTONWATCH.COM Un
    chronométrage fiable est crucial non
    seulement pour les montres Hamilton, mais
    aussi pour le personnage principal du film,
    le scientifique Mark Watney. (Matt Damon).
    Chaque seconde compte et le temps est
    synonyme de survie, donc le choix de la
    montre susceptible de convenir à un
    rôle aussi crucial s'est naturellement
    porté sur la BeLOWZERO d'inspiration
    militaire. Cette montre Hamilton noir
    anthracite est un outil utile à Watney
    pour accomplir sa mission dans des
    circonstances aussi extrêmes et
    dangereuses. Elle dispose de quatre bouchons
    à vis octogonaux épais autour
    du boîtier de la montre et un bracelet
    en caoutchouc noir sportif avec une boucle
    double trous, assurant un ajustement
    sécurisé sur le poignet. Le
    design high-tech solide et robuste de la
    Hamilton BeLOWZERO établit un parfait
    équilibre pour l'esprit d'avant-garde
    et le besoin de précision de
    Watney. Portée Par mark watney dans
    le film seul sur mars La BeLOWZERO Auto 2826
    est parfaite pour les périples
    sous-marins les plus palpitants!
    Étanche jusqu’à 1 000
    mètres de profondeur, elle est
    dotée d’une valve à
    hélium. Avec sa forme de boîtier
    imposante, épais de 5.6 mm, et son
    verre convexe - la Khaki BeLOWZERO est
    également équipée pour
    toute exploration sous-marine. Reflet de ses
    performances

    Lire la suite